« Les filles sont programmées depuis le premier jour »
Ann-Dee Lamour / FFBB

Finaliste de Ligue Féminine 2 pour la troisième fois de sa carrière avec le C'Chartres Basket Féminin, Benoit Marty revient sur le parcours des Bluelights cette saison ainsi que le choc en préparation face au Toulouse Métropole Basket.

En début de saison, vous affichiez clairement le fait de vouloir retourner en finale de Ligue Féminine 2 pour pouvoir vous rapprocher une nouvelle fois de l’élite. C’est désormais fait. Quel est votre sentiment actuellement ?

Effectivement, nous avons directement annoncé que nous voulions faire mieux que l’année dernière, donc lorsque l’on fait la finale c’est qu’on veut la gagner, être championnes et monter en Ligue Féminine. Notre sentiment aujourd’hui, c’est la satisfaction du parcours parce qu’il a tout de même été semé d’embûches avec notamment une préparation très perturbée par les blessures avec un retard en début de championnat. Mais derrière, nous avons trouvé notre rythme de croisière. Nous arrivons au moment des playoffs en meilleure forme possible, nous sommes contents du parcours même si notre objectif n’est pas encore atteint.

Quel est votre regard sur votre effectif actuellement et le chemin parcouru ?

Nous avons eu beaucoup de soucis en début de saison entre les blessures, le COVID, notamment sur le secteur intérieur qui a été extrêmement diminué, des joueuses qui n’ont pas joué le début de saison. Notre intérieure étrangère Uju Ugoka n’a pas joué les 11 premiers matchs. Malgré cela, nous nous sommes très vite installés dans le Top 4 puis le Top 3 et nous avons réussi au fur et à mesure à trouver une certaine constance. Notre effectif aujourd’hui est complet et nos 11 joueuses sont disponibles au meilleur moment de la saison.

Pour le moment, vous êtes invaincus depuis le début des playoffs malgré un combat âpre contre Montbrison. Comment avez-vous abordé ces phases finales et pensez-vous que cette invincibilité jouera à votre avantage ?

Nous sommes invaincus mais notre adversaire en finale aussi. Je crois que nous sommes les deux équipes les plus expérimentées à ce moment-là de la saison, que ce soit dans l’effectif avec les joueuses mais aussi avec le staff. Ce sera pour nous la troisième finale mais également la troisième de Toulouse avec Xavier Noguera à sa tête. Ce sont les deux équipes les plus expérimentées qui se sont le mieux sortis de ces séries de playoffs, très différentes dans leur physionomie et à fort enjeu. Les deux dynamiques sont très bonnes même si Toulouse a eu une fin de saison plus compliquée. De notre côté, nous avions réussi à nous imposer contre Aulnoye pour mettre fin à leur série d’invincibilité. Nous abordons cette finale avec un maximum de confiance mais je crois que notre adversaire aussi.

Comment préparez-vous cette finale avec l’enjeu qui va avec ?

On prépare ça comme on a préparé tous nos matchs de la saison. Avec la plus grande minutie, la plus grande concentration. La chance que nous avons dans notre effectif, c’est que nous avons cinq joueuses qui ont déjà joué la finale l’année dernière, cinq joueuses importantes de notre équipe avec cinq autres joueuses qui sont arrivées avec cet objectif de retourner en finale et jouer le titre. Nous abordons cette série avec une grande concentration, nous avons pu préparer correctement ce match avec une semaine complète mais nos habitudes n'ont pas changé depuis le début des playoffs.

Vous retrouverez Toulouse en finale, une équipe qui vous a donné du fil à retordre lors de vos deux rencontres en saison régulière (Défaite aller : 53-55 / Victoire retour : 65-71). Quel votre regard sur cette équipe, ses forces … ?

Effectivement, une victoire partout même si au match aller notre équipe était amputée de plusieurs joueuses majeures notamment dans le secteur intérieur et Toulouse l’avait emporté au buzzer malgré notre avance de 20 points. L’équipe de Toulouse est certainement sur le papier un des plus gros rosters du championnat avec de très fortes individualités dont trois joueuses que l’on connait bien qui sont passées par Chartres (Nicole Enabosi, Binta Drame, Catherine Mosengo-Masa). A côté, Isabelle Strunc est extrêmement expérimentée par exemple, qui a déjà été championne ou encore Margot de Freitas dans un travail plus de l’ombre mais également championne il y a deux ans. C’est un très bel effectif, une équipe plus tournée vers l’attaque. Nous avons également montré que notre effectif était solide, que nous avions un effectif complet avec 10 joueuses capables de jouer. Nous sommes la meilleure défense du championnat et nous l’avons prouvé depuis le début des phases finales. Ça va être une belle opposition de style et on verra quelle équipe arrivera à imposer le sien.

Après 2017 et 2023, quels enseignements avez-vous tiré qui pourront servir à cette troisième participation ?

Des enseignements on en tire plein, chaque saison, pas qu’en finale. Si on analyse les choses avec du recul, il faut retenir la leçon et ce qui nous a manqué l’année dernière à savoir une raquette un peu plus dense en volume et en physique et c’est ce qu’on s’est attaché à faire cette saison. Nous avons vraiment voulu renforcer l’effectif pour qu’il soit plus complet. Maintenant, c’est difficile de comparer ces trois finales, nous sommes très différents, les adversaires aussi mais en tout cas nous sommes prêts pour ce grand rendez-vous et les filles sont programmées depuis le premier jour pour en arriver là. Il n’y a plus qu’à tout donner sur les trois semaines qui nous restent de compétition.

Quelles seront les clés pour venir à bout du Toulouse Métropole Basket ?

La défense. Il faudra stopper leurs velléités offensives, elles ont de la qualité individuelle et il y a depuis janvier, Japreece Dean qui sur les playoffs est la meilleure scoreuse de Toulouse avec de grosses performances individuelles. Nicole Enabosi que nous connaissons très bien a haussé son niveau de jeu également. Nous devons collectivement être en place défensivement et réussir à ne pas leur donner de choses trop faciles. Comme beaucoup de fois dans les matchs de basket, la lutte au rebond sera très importante et c’est un secteur où nous pouvons être dominants et il faudra l’être sur ces finales.

 

Le programme des Finales de Ligue Féminine 2 2024 :

- Samedi 04 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)
- Dimanche 12 mai : Toulouse Métropole Basket - C'Chartres Basket Féminin (15H30 I Diffusé sur YouTube)

Belle si besoin
- Samedi 18 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)